Fétichiste des pieds à Gand

Breitet sich auf Nachfrage du parquet de Flandre Orientale, division Gand
Platz
Gent
Datum

Le 31 juillet 2020, une étudiante rentrait dans son kot situé ‘Karel Hulthemstraat’ à Gand.
Alors qu’elle se trouvait ‘Jakob Jordaensstraat’, elle a constaté qu’elle était suivie par un inconnu qui déambulait de l’autre côté de la rue.
L’étudiante est entrée dans son kot et, au moment où elle se tenait sur le palier du premier étage, elle a remarqué que l’inconnu s’était également introduit dans l’immeuble. L’homme a essayé d’indiquer par des gestes et des borborygmes qu’il avait besoin d’aide ou qu’il voulait quelque chose.

L’étudiante n’a pas compris ses réelles intentions et est descendue lentement. L’homme a alors commencé à faire des dessins sur le mur. L’étudiante lui a alors donné une feuille de papier et un crayon pour essayer de le comprendre.

Il a dessiné une petite maison de manière simpliste, une jeune fille et un pied nu. Puis il lui a signifié de s‘asseoir. L’étudiante s’est assise dans l’escalier et l’individu a commencé à lui ouvrir sa chaussure droite. La jeune fille a repris sa chaussure et son bas, espérant connaitre les intentions de l’individu. Il a pris son pied nu, l’a placé contre son nez et a compté jusqu’à 5 avec son autre main. Soudain, il a semblé frustré et a abandonné. En sortant, il a fait des gestes pour s’excuser.

L’histoire de cet individu circule dans le milieu étudiant depuis 2006.
17 étudiants ont effectivement porté plainte auprès de la police.
Les faits commis par cet individu sont inacceptables et il doit arrêter. La police demande donc à l’homme lui-même de se manifester. Il se peut que cet homme ait besoin d’aide et que la police ait un rôle à jouer à cet égard.

Description de l’auteur :

L’homme est blanc de peau et probablement originaire d’Europe de l’Est. Il a plus de 40 ans et est de corpulence costaude. Il fait entre 1m70 et 1m75 et a les cheveux foncés mais rasés, lui donnant l’air chauve. L’homme n’est pas violent et est tout au plus intrusif.
Il n’est pas clair que cet individu ne sache pas parler ou qu’il utilise ce subterfuge afin de pouvoir approcher les étudiantes.