Hundeunterstützungsdirektion

La Direction de l’appui canin (DACH) a été créée en 1968 au sein de l'École spéciale de l'ancienne gendarmerie afin d'assurer la formation opérationnelle des chiens et maîtres-chiens de la gendarmerie. Au fil des ans, quelques réformes structurelles ont eu lieu et la direction a occupé différents endroits.

  

DACH - groupe

En 2021, DACH fait partie de la Direction générale de la police administrative de la Police Fédérale et s’est définitivement installée dans l’ancien domaine militaire de Neerhespen. L’arrête royal du 23 août 2014 constitue sa base légale.

DACH - l’ancien domaine militaire de Neerhespen

 

Les images suivantes démontrent à quel point la direction a évolué : https://youtu.be/Fb4wPYKvZeU 

 

Missions et terrain d’action

Alors qu’initialement, la direction se concentrait sur l’engagement opérationnel, elle s’est beaucoup investie dans l’optimalisation de son fonctionnement au cours des dernières années.

À l’heure actuelle, la Direction de l’appui canin constitue un centre d’expertise en matière de sélection, formation, gestion, certification et engagement de teams canins, et ce au profit de la Police Intégrée, ainsi que de divers partenaires externes et internationaux.

Le fonctionnement de DACH repose sur quatre piliers (tâches-clés) qui sont indissociables l’un de l’autre :

DACH - Terrain d'action

 

  1. Engagement opérationnel optimal
DACH - opérations

La Direction de l’appui canin gère plus de 100 teams canins spécialisés et assure une permanence 24/7. Ceux-ci sont mis en œuvre au profit de toutes les autorités et tous les services de police dans le cadre de missions de police administrative ou judiciaire, et ce sur l’ensemble du territoire belge ainsi que dans le cadre de coopérations européennes (Frontex, sommets européens).

En outre, la direction est également chargée de fournir un avis et une assistance dans le domaine canin (bien-être animal, chiens dangereux, analyse comportementale, incidents liés à des morsures…).

La spécialisation concerne les domaines suivants :

  • maîtrise de la violence avec les chiens de patrouille et chiens d’attaque
  • recherches de (d’une) :
    • odeur humaine avec les chiens pisteurs et de contrôle de la migration
    • produits/odeurs suivants :
      • drogues et argent liquide avec les chiens drogues
      • explosifs et armes avec les chiens détecteurs d’explosifs
      • accélérants avec les chiens détecteurs de foyers d’incendie
      • restes humains – liquides physiologiques – sang avec les chiens détecteurs de cadavres
      • autres odeurs (ex. COVID, ICT, mœurs)

 

  1. Formation
DACH - Formation

La Direction de l’appui canin dispose d’un centre de formation spécialisé, reconnu pour ses compétences au niveau national et international.

Il se charge de :

  • la sélection des teams canins
  • la formation de base et le suivi qualitatif
  • le maintien à niveau des teams canins (entraînements obligatoires)
  • la résolution de problèmes au sein des teams canins
  • la formation et le suivi de compétences particulières (formateurs, spécialistes, dresseurs et hommes d’attaque)

 

Cela se traduit de manière concrète par la mise en place de formations fonctionnelles et continuées à l’attention des teams canins au sein de la Police Intégrée.
DACH assure également des formations relatives à des compétences particulières (spécialistes teams canins et homme d’attaque) ou destinées à des partenaires externes (nationaux et internationaux).

La direction travaille dans ce sens, en synergie avec divers partenaires, et ce au sein de (d’) :

  • la Police Fédérale
  • la Police Locale
  • autres instances (publiques) (douanes, Défense, Sécurité civile, DGTA, Justice, Conseil du Bien-être animal, GAIA, Centres universitaires et vétérinaires…)
  • sociétés de gardiennage privées
  • un contexte international (partenaires étrangers auprès de la police, douanes, Défense, UE, FBI, US Army…)

 

  1. Certification
DACH - Certification

La Direction de l’appui canin assure, en collaboration avec la Direction générale du Transport aérien (DGTA), la garantie de qualité des teams canins dans le secteur privé en :

  • certifiant les teams canins (chiens détecteurs d’explosifs) dans son centre de certification de Neerhespen
  • effectuant des ‘blind tests in the field’
  • auditant des centres de formation du secteur privé
  • enseignant l’odeur d’explosifs faits maison

 

En 2018, le centre de certification a été agréé officiellement par la DGTA pour la certification périodique des chiens détecteurs d’explosifs des sociétés de gardiennage privées. Chaque année, plus de 150 teams de chiens détecteurs d’explosifs y sont certifiés.

Le centre de certification organise également des entraînements spécifiques, notamment dans le cadre de la recherche d'explosifs (home made explosives) pour les unités nationales et étrangères de la police, de la Défense et des douanes.

Ils développent également de nouveaux projets et sont chargés de tester de nouvelles odeurs et techniques. Cela se fait en étroite collaboration avec des centres universitaires, laboratoires scientifiques et directions au sein de la Commission européenne. Il s’agit par exemple de projets tels que Bullseye… (www.bullseyeproject.eu), le développement d’un spray TATP auprès du JRC de Geel (https://ec.europa.eu/jrc/en/about/jrc-site/geel)…

Le centre de certification assure la gestion et la distribution de préparations destinées à des exercices (stupéfiants, explosifs…) au profit des maîtres-chiens au sein de la Police Intégrée ainsi que des douanes. Afin d’utiliser des produits de qualité, le centre travaille en étroite collaboration avec l’INCC et l’AFMPS.

Enfin, la Direction de l’appui canin siège dans un groupe de travail international (ECAC) qui prépare la réglementation et les protocoles européens en matière de certification.
 

  1. Expertise
DACH - Expertise

La Direction de l’appui canin est active en tant que centre d’expertise. À cette fin, elle joue un rôle proactif dans la prospection du marché. La flexibilité de la direction permet de proposer rapidement un canevas technique et opérationnel finalisé et étayé dans l’approche de nouveaux phénomènes sociaux (potentiellement disruptifs). Cela se fait par le biais de projets.

Ainsi, les attentats du 22 mars 2016 ont conduit à l’élaboration immédiate d’un manuel destiné à la formation de tous les chiens des sociétés de gardiennage privées par rapport à l’explosif TATP. La même semaine, ces formations ont débuté au sein du centre de certification.

Par ailleurs, une formation sur mesure pour la ZP Anvers a été développée et donnée afin de mettre en œuvre des chiens détecteurs d’explosifs dynamiques (recherches sur des personnes).

Sur la base de l’expertise actuelle, un projet de recherche scientifique a également été achevé avec succès. Le projet a démontré que les chiens pouvaient détecter le virus du COVID-19 avec une fiabilité de 95 %. Actuellement, on étudie la possibilité de mettre en œuvre un chien mœurs ainsi qu’un chien ICT.

De plus, les moyens existants sont évalués et adaptés en permanence.

Les exemples récents en la matière sont l’extension des odeurs de référence pour les chiens drogues (argent liquide, kétamine), l’utilisation de moyens techniques pour les chiens pisteurs et détecteurs d’explosifs (caméra, brouilleur GSM, drone, collier GPS, RC-car…).

En outre, le centre d’expertise participe à la rédaction de divers textes légaux et réglementaires relatifs à la sécurité privée, aux dossiers d’agrément liés aux formations, à l’analyse de la documentation scientifique, ainsi qu’aux réponses données à des questions parlementaires.

Quand il s’agit de développer son expertise, la direction voit au-delà de l’environnement policier seul. Elle s’inspire d’autres secteurs comme le monde universitaire, l’industrie et le secteur privé (triple hélice).

Dans ce cadre, elle se positionne de manière flexible et dynamique, adapte systématiquement son fonctionnement, détecte de nouveaux phénomènes et y remédie en tenant compte des nouvelles technologies, de l’innovation et des connaissances scientifiques.

La Direction de l’appui canin participe à différents groupes de travail, et ce au niveau européen et international. C’est ainsi que des informations et connaissances sont échangées, de nouvelles méthodes et techniques d’entraînement analysées et différentes spécialisations canines examinées et évaluées.

Dans ce contexte, la Direction de l’appui canin est active dans Frontex et Kynopol, et collabore aux groupes de travail européens relatifs à la protection des espaces publics et infrastructures critiques (‘Protection of public spaces and critical infrastructures’). La Direction de l’appui canin a contribué à l’élaboration de normes minimales pour les opérations Frontex ainsi qu’à la rédaction d’un manuel destinés aux teams canins « explosifs », et ce en termes de formation, procédures tactiques et normes finales. Plusieurs projets ont été soutenus par des subsides européens.

 

Vision

DACH - K9

 

Les 4 piliers susmentionnés sont ancrés dans un contexte stratégique plus large dans lequel fonctionne DACH.

Notre mission consiste à garantir, de manière cohérente, la spécialisation élaborée au sein des 4 piliers, et ce en synergie avec nos partenaires et à la lumière de l’évolution sociétale actuelle orientée vers la régionalisation et la privatisation. Cette démarche permet de continuer à assurer à l’avenir la qualité et le professionnalisme des teams canins.

Dans ce contexte, il est essentiel de suivre cette évolution en étant attentif au marché et en visant un bon équilibre entre orientation interne et externe.

Considérer les piliers décrits ci-dessus comme un ensemble cohérent n’offre pas seulement une réponse à la recherche d’un équilibre entre collaboration publique et privée, mais assure également la complémentarité indispensable entre les partenaires mentionnés dans leurs tâches-clés respectives.

Disposer de la capacité et des moyens nécessaires afin de pouvoir répondre à la demande importante de SUPPORT OPÉRATIONNEL SPÉCIALISÉ (sOs), constitue pour DACH une condition sine qua non lui permettant de faire fonctionner les différents rouages.

Notre fonctionnement respecte toujours les valeurs de la Police Intégrée.

 

Fonctionnement

Travailler comme maître-chien au sein de notre direction requiert un chien de police.
 

Sélection d’un candidat maître-chien

Pour devenir maître-chien, un certain nombre de conditions doivent être remplies. Le grade d’inspecteur ou d’inspecteur principal de police est requis pour participer à la procédure de sélection. Disposer d’un jardin dans lequel il est possible de placer une niche double, ainsi que d’un espace sûr pour entreposer un véhicule de service, est une exigence pratique.  

Le candidat maître-chien doit faire preuve d’une grande disponibilité pour le service. Il est important qu’il manifeste un intérêt permanent et une motivation pour former et entretenir un chien de police.

On attend d’un maître-chien qu’il soit flexible et intègre, qu’il ait de bonnes relations avec ses collègues et qu’il ait un véritable esprit d’équipe. Pouvoir travailler de manière autonome est une nécessité absolue.

Étant donné que les teams canins de la Direction de l’appui canin sont engagés dans tout le pays, la connaissance de la deuxième langue nationale est un atout. Un minimum d’expérience de terrain est également souhaité.

La procédure de sélection est composée de quatre étapes. Le candidat commence par une épreuve écrite. Si le candidat réussit, il participera alors à une semaine de tests au cours de laquelle ses capacités physiques, ses aptitudes cynologiques et ses traits de caractère seront évalués. S’ensuivront une visite médicale et, pour finir, un entretien avec la direction. Chaque étape de cette procédure est éliminatoire. Lorsqu'un candidat maître-chien est retenu au terme de la sélection, il peut alors commencer sa formation au sein de la Direction de l'appui canin.

 

Sélection d’un chien de police

Le chien de police est acheté par la Direction de l’appui canin et est la propriété de la Police Fédérale.

En principe, tout chien disposant du profil caractériel et médical requis, entre en ligne de compte entre l’âge d’1 an et de 2 ans afin d’être formé au sein de la Direction de l’appui canin. Lors de la sélection, on accorde une attention toute particulière à des qualités importantes telles que le comportement social et le courage, sans oublier l’instinct pour la recherche et le rapport d’objets qui est également testé de manière approfondie (cf. AM 25/06/2008 annexe 1). Les races les plus courantes au sein de la Direction de l’appui canin sont le berger malinois, le berger allemand, l'épagneul springer et le border collie. Des croisements ainsi que d’autres races sont également les bienvenus, pour autant qu’ils répondent au profil souhaité.

Avant qu’un chien ne soit acheté, celui-ci est observé et évalué de manière approfondie par un formateur pendant un mois. Si le chien correspond au profil souhaité, il lui restera alors à passer un examen médical auprès du service vétérinaire de la Police Fédérale avant d’être définitivement acheté par la Direction de l’appui canin.

DACH

 

Formation fonctionnelle d’un team canin de police

Après l’achat, la formation du chien commence auprès d’un formateur ou d’un maître-chien expérimenté. On distingue deux types de formations fonctionnelles : les disciplines dans le cadre de la maîtrise de la violence et les disciplines liées aux recherches effectuées avec les chiens. Celles-ci peuvent s’orienter vers l’odeur humaine ou des odeurs de produits spécifiques (stupéfiants, explosifs…).

La formation de base dure, en fonction de la discipline et des éventuelles dispenses, entre 220 et 1000 heures. Au cours de cette formation fonctionnelle ou de base, selon la discipline, plusieurs compétences sont enseignées par le biais d’exercices portant sur l’obéissance, les tactiques et les morsures, sans oublier l’apprentissage d’odeurs de référence, de la manière de désigner ainsi que de techniques de recherches.

Tant lors de ces formations que lors de l’engagement opérationnel ensuite, nous donnons toujours la priorité au bien-être de nos chiens. Une approche qualitative mais aussi respectueuse de l’animal constitue un principe de base. La fin ne justifie jamais les moyens…

À l’issue de la formation fonctionnelle, le profil de compétence souhaité est évalué par un jury indépendant.

DACH

 

Formation continuée d’un team canin de police

Après la formation fonctionnelle, un team canin doit suivre des formations continuées.

Lors de ces formations, du temps est consacré à l’exercice de nouvelles techniques ou tactiques ainsi qu’au maintien d’un niveau de qualité. Il s’agit en fait d’un contrôle qualité semestriel garanti, prévu par la loi. 

DACH

 

Entraînements obligatoires

Ce type de formation varie, en fonction de la discipline concernée, entre 8 et 50 heures sur une base mensuelle, et sert à entretenir et affiner les compétences acquises lors de la formation fonctionnelle, à les adapter selon les expériences opérationnelles, et à maintenir le chien à niveau afin de se préparer aux contrôles qualité semestriels.

 

Disciplines au sein de la Direction de l'appui canin

La Police Fédérale dispose actuellement de plus de 100 teams canins spécialisés, un team de formateurs professionnels, un team de certificateurs qualifiés et un team R&D. Récemment, une nouveauté a été mise en place : l’engagement de personnel civil au sein des teams certification et formation.

La Direction de l’appui canin travaille sur la base d'un Service Level Agreement avec d'autres entités de ligne de la Police Fédérale, telles que la Police des Chemins de Fer, la Police Aéronautique, la Police de la Route et la Police de la Navigation, pour engager quotidiennement des chiens sur leur territoire. Le reste des engagements est géré par la section Opérations de la Direction de l’appui canin et la permanence nationale (DAO).

 

Maîtrise de la violence

Le CHIEN DE PATROUILLE de la Police Fédérale est principalement engagé pour assister les autres services de police fédéraux : patrouilles dans les gares ferroviaires et les stations de métro à risques ciblant les crimes commis par des gangs, patrouilles de visibilité dans les aéroports, sécurisation et protection du port de Zeebruges et des parkings autoroutiers dans le cadre de la transmigration.

Les maîtres-chiens de patrouille sécurisent les services judiciaires lors des perquisitions et veillent à ce que les chiens dangereux soient neutralisés.

Les services de police locaux peuvent demander l’appui des chiens de patrouille de la Direction de l’appui canin lors de méga-événements ou lors d’événements inattendus de grande envergure tels que des émeutes ou des rassemblements armés.

Nos teams d'attaque fournissent également un appui dans le cadre d'exercices de maintien de l'ordre à grande échelle et lors des formations de base et continuées des chiens de patrouille.

Le CHIEN D’ATTAQUE de la Police Fédérale appartient à la Direction des unités spéciales. Ces chiens sont formés par la Direction de l’appui canin.

DACH

 

Chiens détecteurs d’odeur humaine

Le CHIEN PISTEUR travaille sur la base de l'odeur de personnes vivantes.

Le chien pisteur est engagé de manière proactive, par exemple lors d'actions judiciaires, de contrôles routiers, de perquisitions avec risque de fuite, mais surtout pour des tâches réactives telles que la recherche d'auteurs ayant pris la fuite, la recherche d'une personne disparue dans le cadre d'une disparition inquiétante ou la recherche d'objets.

Le chien pisteur peut capter l’odeur humaine d’une personne et suivre cette piste olfactive sur plusieurs kilomètres. Cet aspect est principalement utilisé pour retrouver l'itinéraire de fuite, par exemple, de cambrioleurs ou, dans certains cas, pour retrouver une personne disparue.

Le chien pisteur peut également rechercher librement, dans une zone déterminée, une source d'odeur humaine qui y est présente. Il peut ainsi retrouver des personnes (auteurs et personnes disparues), mais aussi des objets portant une odeur humaine. C'est ce qu'on appelle « het revieren » (la recherche en libre de personnes ou d’objets, sans odeur de référence). On peut ainsi ratisser des forêts, des champs, des parcs, mais aussi des zones résidentielles et des bâtiments vides, à la recherche d'une personne qui s'y est cachée, ou bien retrouver un vêtement ou un outil d'un auteur.

DACH

Le chien pisteur est également engagé pour rechercher des (petits) objets portant une odeur humaine. Dans une zone plus petite, chaque mètre carré est fouillé dans les moindres détails. Il permet aussi de retrouver de très petits objets, comme une bague.

Certains de nos chiens pisteurs sont également entraînés à l’épreuve d'identification des odeurs. Le chien doit alors relier l'odeur d'un suspect potentiel à un objet trouvé sur une scène de crime.

En cas de catastrophes et d'effondrements, les chiens pisteurs de la Direction de l’appui canin peuvent être engagés pour rechercher des victimes si la protection civile ne dispose pas d'un nombre suffisant de chiens de sauvetage.

Il est possible de faire appel à un team de chiens pisteurs 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Un team de chiens pisteurs peut être engagé par tous les temps.

S’il existe un doute quant à l’opportunité de mise en œuvre d’un chien pisteur, un avis technique peut être obtenu 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 auprès du maître-chien afin d’évaluer une mise en œuvre éventuelle.

 

Le CHIEN DE CONTRÔLE DE LA MIGRATION est engagé pour rechercher des personnes et des objets portant une odeur humaine. Leur champ d’action est lié à l'immigration clandestine et se concentre principalement sur le port maritime de Zeebruges et les parkings autoroutiers où des migrants tentent de se faufiler dans les semi-remorques des camions.

DACH

Chiens détecteurs de produits

Le CHIEN DROGUES ACTIF recherche de la drogue dans les bâtiments, les véhicules et sur tous les terrains possibles. Contrairement au chien drogues silencieux, un chien drogues actif peut également détecter de grandes quantités d'argent liquide.

DACH

Le CHIEN DROGUES SILENCIEUX recherche des produits stupéfiants illégaux sur des personnes et s'assied devant la personne lorsqu'il détecte une odeur suspecte. Ce chien est principalement engagé lors de contrôles de grands groupes de personnes comme ceux qu’on retrouve dans les écoles, les prisons, les dancings, les avions, les trains, lors de festivals, etc.

Le CHIEN EXPLOSIFS est engagé pour rechercher des explosifs, des armes et des douilles. Ces chiens effectuent des sweepings proactifs lors d'événements où des V.I.P. sont présents, tels que le sommet européen, les visites d'État, etc. ainsi que lors d'événements où de nombreuses soft targets sont présentes, tels que des festivals, des événements sportifs, etc. On peut aussi les voir quotidiennement à l’œuvre dans des endroits propices aux attaques terroristes, tels que nos aéroports, les stations de métro et les gares.

Le chien « explosifs » est engagé de manière réactive en cas de perquisition, d’alerte à la bombe et de contrôle de colis et véhicules suspects. Il peut également être engagé pour rechercher des douilles après une fusillade.

DACH

Le CHIEN EXPLOSIFS DYNAMIQUE est engagé pour rechercher des explosifs et des odeurs résiduelles d’explosifs, et ce sur des personnes. Le chien explosifs dynamique est mis en œuvre lors d’événements où de nombreuses soft targets sont présentes, comme dans les aéroports et les gares, ou lors de festivals et d’événements sportifs. Il recherche dans la foule des personnes transportant des explosifs dans leurs bagages ou sous la forme d’une ceinture explosive, mais aussi des personnes qui ont été en contact avec des explosifs et portent encore une odeur résiduelle.

Le CHIEN DÉTECTEUR DE FOYER INCENDIE est capable de retrouver les produits accélérateurs d’incendie les plus courants après un incendie. Selon la quantité et la concentration, le chien peut détecter des restes de produits accélérateurs d'incendie sous quelques dizaines de centimètres de débris. Cela permet de localiser avec précision le foyer de l'incendie pour une enquête plus approfondie et de déterminer s'il s'agit ou non d'un incendie criminel.

DACH

Le CHIEN « RESTES HUMAINS » est géré par un nombre restreint de membres de la cellule Formation. Le chien « restes humains » est engagé pour retrouver des personnes décédées, et ce en recherchant du sang et des fluides physiologiques provenant de la décomposition du corps humain.  Ces chiens représentent une plus-value et un gain de temps indéniables pour l'enquête. Ils sont capables de retrouver des traces, qui ne sont pas visibles pour les enquêteurs, de manière efficace : des gouttes de sang dans un tapis ou un corps enterré, par exemple.

Quelques chiens sont également formés pour rechercher, dans l’eau, des personnes décédées. Pour ce faire, la direction dispose d’un petit bateau.

DACH

Le CHIEN MOEURS apporte un appui dans le cadre de la lutte contre la délinquance sexuelle en détectant le sperme. Basée sur des expériences à l’étranger, cette discipline a débuté à titre de projet en 2021.

À partir de 2021, un CHIEN ICT est également formé afin de retrouver du matériel numérique comme des cartes SD, des clés USB et des GSM. Il s’agit d’un projet-pilote qui fait l’objet d’un suivi scientifique et dont l’utilité sera évaluée en vue d’une mise en œuvre ultérieure.

DACH - Logo