Appui aérien : survol de 25 ans d’histoire

Fière de son passé et ouverte sur les évolutions technologiques, la Direction de l’appui aérien (DAFA) de la Police Fédérale fête cette année son 25ème anniversaire. Une histoire marquée par de nombreux moments forts.

Un appui spécialisé aux services de police et de sécurité

Durant toutes ces années, l’appui aérien s’est distingué comme un acteur incontournable dans différents types d’interventions : escortes, recherches de personnes disparues, perquisitions renforcées, courses poursuites, catastrophes de grandes ampleurs… De par ses nombreuses missions, l’appui aérien contribue ainsi à la sécurité dans notre société, mais aussi à celle des partenaires et collègues policiers sur le terrain.

A l’occasion de son 25ème anniversaire, l’appui aérien de la Police Fédérale était mis à l’honneur ce 26 juin. Cette journée fut marquée par la visite du Roi, qui a montré un intérêt particulier pour les appareils composant cette unité spécialisée. Le Roi a pris le temps d’échanger avec le personnel avant de prendre son envol (ou prendre les commandes) à bord d’un de nos hélicoptères.

L’après-midi fut consacrée à la présentation et le baptême du nouvel hélicoptère. A cette occasion, Mayeline, 5 ans, retrouvée en 2016 grâce à l’appui fourni par DAFA, fut mise à l’honneur en tant que marraine exceptionnelle. Lors de sa disparition en 2016, l'appui de l'hélicoptère de la Police Fédérale avait joué un rôle essentiel dans la réussite de cette mission étant donné qu'il faisait nuit et que la zone était très difficilement accessible.

Flash back…

Il y a 65 ans, la Gendarmerie, qui était encore une composantes de l’armée de la Force Terrestre, faisait appel à la Force Aérienne. Pour réaliser certaines de ses missions,. En 1968, la Gendarmerie fit l’acquisition de six hélicoptères Alouette et par après, trois légendaires hélicoptères PUMA utilisés également lors d’interventions médicales et les déplacements de personnalités. Ils ont été engagés lors des attentats commis par les CCC(Cellule Communiste Combattante), lors des tueries du Brabant ou encore lors de la visite du Pape Jean-Paul II. Le Roi Baudouin sollicitait également ces services pour certains de ses déplacements.

Afin de faciliter les interventions de l’appui aérien et par les situations rencontrées sur le terrain, la volonté de devenir un service à part entière de la Gendarmerie (qui à cette même période se démilitarise) se fait ressentir dans les années 90’.

Installé à Melsbroek et intégré à la Gendarmerie, durant les années 90 l’appui aérien fera l’acquisition de plusieurs avions CESSNA et d’autres types d’hélicoptères comme des MD 520 ou encore MD Explorer.

Les années 2000 débutent avec l’organisation de l’EURO 2000. Pour un tel événement, l’appui aérien s’avère être un partenaire clé. Du matériel plus moderne viendra encore renforcer et améliorer la flotte existante avec notamment l’enregistrement d’images digitales.

Plus récemment, des drones sont venus étoffer l’offre d’appui fourni par cette unité. La technologie ne cessant d’évoluer, DAFA entend se tenir à jour pour offrir un appui encore plus efficace et en phase avec ce que les besoins des personnes qui se trouvent sur le terrain.

Saviez-vous que:

  • La formation d’un pilote police dure 3 ans et demi et se déroule en plusieurs phases, avec pour commencer une formation théorique au sein de l’ERM, suivie d’une formation sur avion Marchetti à l’école de pilotage de Beauvechain, elle-même suivie d’une formation sur hélicoptère à l’école de pilotage de la Force Aérienne française à DAX. Les pilotes complètent ensuite leur formation sur les appareils de la police, au sein même de DAFA.
  • Une inspection est réalisée chaque 100 hr. (de vol). L’appareil est alors totalement mis à nu. Ceci génère environ 320 heures de travail.
  • Nos mécaniciens, qui doivent être titulaires lors de leur engagement, d’un bachelier de technicien en aéronautique, sont ensuite formés de façon continue pendant 2 ans et entre autres directement chez MD en Arizona