Sécurité : Les formes de courtoisie sur la route !

Qu’est-ce qu’être courtois sur la route ? C’est une vaste question. Mais ce qui est certain, c’est que la courtoisie rend vos déplacements plus supportables, et améliore la mobilité et la sécurité.

La première forme de courtoisie est d’abord de respecter les règles du Code de la route. C’est bateau de le dire, mais n’oublions pas que le Code de la route contient beaucoup de règles qui régulent la circulation pour éviter les conflits entre les usagers. Les respecter, c’est la base de tout comportement courtois. Beaucoup de comportements jugés discourtois sont d’ailleurs des infractions que la police peut verbaliser. Par exemple, le fait de se garer en double file, d’entrer en dépit du bon sens dans un carrefour qu’on ne pourra pas dégager ou de ne pas indiquer ses intentions avec ses clignotants…

Mais pourquoi beaucoup de personnes n’ont pas un bon comportement sur la route ? Le manque de courtoisie est sans doute l’émanation d’un état d’esprit individualiste, là où il faudrait plutôt penser collectivement, puisque la voie publique est un espace commun. L’individualisme pousse les usagers à des comportements irritants pour les autres. Car l’individualiste choisit généralement l’option qui lui semble la plus favorable pour lui, c’est humain, mais sans trop se soucier de savoir si d’autres personnes ne vont pas en pâtir. Pour lui, tout est bon pour perdre le moins de temps ou d’énergie sur la route. L’individualiste pur et dur pense aussi qu’il a tous les droits, tandis que les autres sur sa route ont tous les devoirs.

A l’inverse, la personne courtoise peut faire preuve d’empathie, autrement dit, est capable de se mettre à la place des autres. Elle va par exemple laisser passer devant elle quelqu’un qui n’a pas la priorité, mais qui dépend du bon vouloir d’autres conducteurs pour s’insérer dans un trafic dense.

La personne courtoise pense davantage collectivement et a en tête de faciliter la mobilité générale. Par exemple, retenue par un feu rouge, elle ne s’occupe pas sur son GSM, ce qui est du reste interdit, mais elle va rester attentive pour redémarrer rapidement quand le feu va passer au vert, pour permettre à davantage de véhicules de passer à la phase verte. La personne courtoise ne voit pas non plus l’autre usager comme un ennemi ou un concurrent, mais comme une autre personne qui veut aussi arriver saine et sauve à destination. Elle va de ce fait aussi pardonner plus facilement, sans s’énerver, les petites erreurs que d’autres peuvent commettre sur la route, car elle sait qu’elle-même peut se tromper de temps en temps.

En conclusion, la courtoisie sur la route, ça résulte d’abord d’un état d’esprit positif et collectif dans le chef des conducteurs. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’à part chez certains indécrottables égoïstes, la courtoisie est contagieuse, et en particulier les petits gestes d’attention que l’on porte aux autres. Si vous faites plaisir à une personne, elle aura tendance elle aussi à faire plaisir à quelqu’un d’autre dans la foulée. Pensez-y quand vous prenez la route, ou plutôt, quand vous partagez la route…

 

Commissaire Olivier Quisquater
Police de la Route