L’inclusion des personnes porteuses d’un handicap, un véritable atout

Le 3 décembre se tient la journée internationale des personnes handicapées. L’occasion de se pencher sur un vécu : celui d’Alain Thonet. Malvoyant, Alain a développé une ouïe extrêmement fine. Celle-ci s’avère précieuse pour la retranscription des écoutes téléphoniques de la Police Judiciaire Fédérale de Bruxelles. Son exemple prouve, s’il le fallait encore, que l’inclusion est indispensable dans notre société.

En tout, 15% de la population belge en âge de travailler est porteuse d’un handicap. Parmi eux, seuls 35% disposent d’un emploi, selon les chiffres de Diversicom, ASBL qui facilite la mise à l'emploi des personnes handicapées sur base de leurs compétences. (http://www.diversicom.be/parlons-en/handicap-emploi/ ) Pourtant, 41% des personnes inactives s’estiment en mesure de mener une activité professionnelle. En cette journée internationale des personnes handicapées, la Police Fédérale a souhaité mettre en avant l’importance de l’intégration des personnes porteuses d’un handicap en démontrant combien la diversité renforce notre organisation.


La Police Fédérale compte dans ses rangs plusieurs membres du personnel aveugles ou malvoyants. Alain Thonet en fait partie. Depuis 2007, il prête son ouïe très développée à la Police Judiciaire Fédérale de Bruxelles. Alain retranscrit ainsi les conversations et enregistrements pour les enquêteurs. « Six personnes malvoyantes ont été engagées en même temps que moi. Notre organisation s’est inspirée de la police des Pays-Bas qui a pris conscience la première de l’utilité des qualités auditives des personnes malvoyantes. » En effet, Alain apporte énormément à ses collègues. « Je retranscris des enregistrements audio ou vidéo. S’habituer à l’accent de la personne constitue un des défis. Parfois, on vient me demander de comparer deux voix afin d’identifier s’il s’agit de la même personne. Cela peut prendre beaucoup de temps.»


Le poste de travail d’Alain a été adapté à son handicap. Il bénéficie notamment d’un outil de synthèse vocale et d’un clavier en braille. « La Ligue Braille est également venue sensibiliser les collègues. Mais de mon côté, je n’ai jamais eu de soucis ici. Je me sens bien intégré. »


Titulaire d’une licence en psychologie, Alain se verrait bien également faire profiter un autre service de son bagage. « Un métier dans les ressources humaines me plairait beaucoup aussi. »


 


L’engagement de personnes handicapées, une nécessité


Comme le démontre l’exemple d’Alain, la bonne gestion et l’intégration de nos différents talents rejaillit sur la qualité de nos services. Néanmoins, il reste encore du travail à fournir. Un arrêté royal stipule que les personnes porteuses d’un handicap doivent constituer 3% de l’effectif du personnel au sein de chaque organisation fédérale. Dans le cas de la Police Fédérale, seul le personnel administratif est concerné. Néanmoins, avec 0,46% du personnel CALog employé comme temps-plein en 2018 (derniers chiffres) à la Police Fédérale, (https://fedweb.belgium.be/sites/default/files/downloads/Evolution_Services%20publics%20f%C3%A9d%C3%A9raux_2018.FR_.pdf ) le chiffre n’est toujours pas atteint.


La nouvelle ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden, a indiqué que la diversité figurait au cœur de sa politique. « C’est très important que le contingent soit représentatif de la société si on veut instaurer plus de respect, c’est important que la société se reconnaisse au sein de la police. La diversité, cela va plus loin que le genre. C’est aussi les gens de tous les horizons. Il faut trouver une manière d’intégrer la diversité dans les épreuves de sélection. On a lancé un marché public qui sera attribué l’an prochain pour inclure la diversité dans la sélection et la formation. Des campagnes sont prévues », a-t-elle déjà souligné dans la presse.


Rappelons qu'une grande majorité des fonctions administratives peuvent déjà être adaptées aux personnes porteuses d'un handicap. N’hésitez pas à vous rendre sur le site jobpol.be pour postuler !


L’inclusion des personnes porteuses d’un handicap, un véritable atout

Encore trop de stationnements irréguliers


En cette journée internationale des personnes handicapées, rappelons que l’intégration et le respect des personnes porteuses d’un handicap passe aussi par les citoyens. Les 24 236 constats dressés en 2019 pour stationnement irrégulier sur un emplacement réservé aux PMR ( https://www.lachambre.be/doc/CCRA/pdf/55/ac272.pdf ) montrent qu’il reste encore du chemin à parcourir…


N’utilisez les places PMR que si vous êtes titulaire de la carte, n’en faites pas de copie ou n’utilisez pas celle de quelqu’un d’autre. De trop nombreux usages abusifs sont encore constatés ! Il ne s’agit pas seulement de stationnements irréguliers mais aussi de fraudes. Les cartes sont parfois falsifiées ou continuent à être utilisées après le décès de la personne concernée. Pour toutes ces infractions, le montant de l’amende s’élève tout de même à 116 euros ! Mieux vaut donc payer son parking ou marcher quelques centaines de mètres en plus…